Séminaires | séminaires 2013-2014

Les espaces des mobilisations urbaines : acteurs, formes et enjeux

Isabelle Backouche, directrice d'études à l'EHESS

Fabrice Ripoll, maître de conférences à l'Université Paris-Est/Créteil Val-de-Marne


Le séminaire sera centré sur diverses formes de mobilisations collectives qui ont marqué les villes françaises dans la seconde moitié du XXe siècle. à partir d’études de cas, il s’agit de cerner les relations sociales qui s’élaborent au moment où divers groupes sociaux – dont il faudra définir les caractéristiques – voient l’espace matériel dans lequel ils s’inscrivent se modifier, ou quand au contraire, ils s’engagent en faveur de transformations alternatives.
Centrée sur les résistances et les remises en cause du mouvement de « modernisation » de la société française amorcé depuis les Trente Glorieuses, qui s’est notamment manifesté par un « aménagement du territoire » transformant les centres des villes comme les espaces périurbains, l’analyse identifiera et spécifiera différents modes de construction des actions, enjeux, groupes et espaces matériels impliqués, à la lumière d’enquêtes empiriques que nous menons depuis plusieurs années.

Nous travaillerons sur les dynamiques à l’œuvre et les intérêts et représentations partagés ou conflictuels qui président à ces mobilisations. Notre approche par la dimension spatiale est d’ailleurs légitimée par la manière dont les acteurs revendiquent la cause pour laquelle ils s’unissent : ils désignent un espace (urbain ou non) ou l’échelle locale comme l’enjeu de leur mobilisation, même s’il existe une grande diversité de formes que peuvent prendre ces mouvements sociaux. Pour autant, cet ancrage dans l’espace ne correspond pas nécessairement à une attache physique – résidence ou lieu de travail – il peut également revêtir des formes d’appartenance symbolique, inscrites dans la durée et faisant valoir les notions d’identité ou de mémoire collectives, ou se projetant au contraire dans un avenir que l’on voudrait commun.

Ainsi, lors de la rénovation urbaine qui a marqué les centres villes français à partir des années 1960, les affrontements et critiques sont contemporains de la gestation des aménagements. Nous examinerons la façon dont les populations envisagent ces transformations urbaines, entre attente et résistance, et comment, dans un contexte de pénurie de logements, des mobilisations urbaines ont pris forme et utilisé des répertoires d’arguments très riches (conservation archéologique, modernisation, insalubrité, identité locale) que nous rapporterons aux réalités sociales et rapports de force politiques.

De même, on abordera les mobilisations qui se développent actuellement dans les centres comme dans les périphéries des villes autour de terrains en friches, d’espaces verts ou de terres agricoles, qui sont revendiqués ou appropriés pour y pratiquer diverses formes de jardinage ou d’agriculture. De « l’agriculture urbaine » au « vivre ensemble » en passant par les « circuits courts » et « l’économie solidaire », les enjeux et arguments se multiplient au fur et à mesure que les propriétés sociales et les trajectoires d’engagement de leurs acteurs se diversifient. Loin de se limiter à de la contestation, ce sont des propositions alternatives que ces mobilisations mettent en œuvre ici et maintenant, construisant des rapports d’alliance autant que de confrontation avec l’État et plus encore les collectivités locales.

Si le motif explicite de la mobilisation semble inscrit dans l’espace circonscrit de la ville, la diversité des motivations qui dessinent plusieurs cercles d’acteurs engagés pour critiquer ou réfuter une opération de rénovation urbaine, revendiquer ou initier des aménagements alternatifs, invite à aborder les mobilisations comme les formes locales, parfois occultées, d’une remise en cause plus globale des transformations sociales en France dans la seconde moitié du XXe siècle. Se posera à cet égard, la question de la signification politique de ces combats et notre questionnement sera aussi l’occasion de donner de la consistance au « politique ».


Mardi de 13 h à 15 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 4 mars au 3 juin 2014

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Aménagement des villes et mobilisations sociales

Ce colloque abordera les diverses formes de mobilisations collectives qui ont pris les villes comme objet depuis le Moyen Âge en Europe. À partir d’études de cas, fondées sur une enquête empirique qui met en valeur la diversité des corpus mobilisables, il s’agit de cerner les relations sociales qui s’élaborent au moment où divers groupes sociaux voient l’espace matériel dans lequel ils s’inscrivent se modifier.

Lire la suite

Dynamique et résilience des réseaux routiers : archéogéographes et archéologues en Île-de-France

Les auteurs retracent l'histoire des réflexions relatives à la route, telles qu'elles sont mobilisées par l'archéologie, de façon à réinterroger, en partant du terrain, les concepts, les méthodes et les vocabulaires. La portée des résultats dépasse ainsi le cadre régional de l’étude et participe au renouveau actuel de la réflexion concernant les voies de circulation, en sciences humaines et sociales

Lire la suite

Computer Applications & Quantitative Methods in Archaeology

L'Université Paris 1 et l'EHESS accueillent le CAA2014 (Computer Applications & Quantitative Methods in Archaeology) pour la première fois en France.

Lire la suite

Conflit, identité et frontière dans le processus d'intégration Sud-Américain. Le cas Posadas-Encarnacion

Soutenance de thèse de Maria Dolores Linares à Buenos Aires.

Lire la suite

Autour de l'ouvrage « Aménager la ville. les centres urbains français entre conservation et rénovation (de 1943 à nos jours) »

Les Lundis du CRH

Lire la suite

EHESS-CRH

GGh-Terres

54 bd Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42
ou : +33 (0)1 49 54 25 74
Fax : +33(0)1 49 54 23 99

Dernière modification :
26/06/2018