Séminaires | séminaires 2013-2014

Politique des Sciences

Isabelle Backouche, directrice d'études à l'EHESS

Michel Barthélémy, chargé de recherche au CNRS

Francis Chateauraynaud, directeur d'études à l'EHESS

Robert Descimon, directeur d'études à l'EHESS

Sophie Desrosiers, maître de conférences à l'EHESS

Elie Haddad, chargé de recherche au CNRS

Annliese Nef, maîtresse de conférences à l'Université Paris-Sorbonne (Paris-I)

Christophe Pébarthe, maître de conférences à l'Université Michel de Montaigne (Bordeaux 3)

Mary Picone, maîtresse de conférences à l'EHESS

Joël Pothier, ATER à l'EHESS

Christian Topalov, directeur d'études à l'EHESS

Sylvie Wolf, ingénieure de recherche à l'Université Pierre-et-Marie-Curie (Paris-VI)

 
Pour sa cinquième année d’existence, le séminaire « Politiques des sciences » entre dans une phase de transition. Il souhaite devenir un lieu d’enquête collective sur les évolutions que connaissent les pratiques d’enseignement et de recherche dans le cadre fixé par les réformes en cours. Quel sens et quel impact ont ces réformes examinées dans leurs dimensions à la fois structurelles et locales du point de vue de ceux qui les subissent et les mettent en œuvre ? Elles se succèdent en s’imposant chaque fois par la force des choses, leur évidence présumée servant à écarter tout débat de fond à leur sujet et notamment à leurs conséquences problématiques éventuelles. Aucune de ces réformes successives n’est évaluée ni dans ses intentions ni dans ses effets observables. L’existant est pensé comme indépendant de l’action réformatrice passée et toujours comme en mal de réforme. Seules bénéficient de l’attention des médias les intentions proclamées des réformateurs, le grand récit de la réforme et de ses objectifs globaux dans le cadre d’une économie internationale de la connaissance et de l’enseignement universitaire. D’où l’intérêt d’ouvrir à une enquête de sciences sociales et à une perspective réflexive ce qui constitue habituellement la face cachée et inquestionnée des actions publiques en matière d’enseignement supérieur et de recherche, mais aussi dans d’autres domaines qui sont contraints à des évolutions analogues.
 
C’est pourquoi ce séminaire vise à réhabiliter un regard réflexif sur les réformes à partir de leur traduction concrète dans les environnements concernés, sur le mode de l’articulation entre le local et le global, l’action et la structure, les arguments, intérêts et clivages engendrés par les réformes. Autrement dit, il s’agit de restaurer la possibilité pour l’université de se penser elle-même au niveau même où elle se fait et est observable et descriptible, y compris dans son rapport avec le reste de la société et le monde qui l’entoure, dans la tension même des attentes et relations contradictoires qu’elle entretient avec lui.
 
Le séminaire sera composé de sept demi-journées d’étude sur un thème précis, chacun d’eux ayant pour fil rouge de favoriser une approche de la question universitaire par les pratiques. Projet collectif d'enseignement, ce séminaire est destiné à tous les publics de chercheurs et d'étudiants qui souhaitent inscrire une dimension critique dans les métiers de la recherche saisis dans leur diversité.
 

Un jeudi par mois de 17 h à 21 h (salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris), les 28 novembre, 19 décembre 2013, 23 janvier, 27 février, 27 mars et 22 mai 2014. La séance du 22 mai se déroulera en salle des artistes (même adresse)

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

EHESS-CRH

GGh-Terres

54 bd Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42
ou : +33 (0)1 49 54 25 74
Fax : +33(0)1 49 54 23 99

Dernière modification :
09/10/2019